nov. 2017

TOKYO, JAPON

  • L’essai REPRISE est présenté à titre de résultats de dernière heure lors de la Semaine du rein de l’ASN (American Society of Nephrology) de 2017.
  • Le tolvaptan a réduit de 35 % le taux de déclin de la fonction rénale sur une période de 12 mois, comparativement au placebo chez des patients atteints de MPRAD.
  • La MPRAD, le type le plus fréquent de maladie polykystique rénale, est une maladie évolutive menant à l’insuffisance rénale et a été diagnostiquée chez pres de 70 000 personnes au Canada.1

TOKYO, JAPON – 4 novembre 2017 – Otsuka Pharmaceutical Co., Ltd (Otsuka) annonçait aujourd’hui les résultats détaillés de l’essai de phase III REPRISE sur le tolvaptan, qui est en cours d’évaluation aux États-Unis chez des patients atteints de maladie polykystique rénale autosomique dominante (MPRAD).

Les résultats ont révélé que le tolvaptan réduisait le paramètre principal de l’essai, la variation du débit de filtration glomérulaire estimé (DFGe), comparativement au placebo. Le DFGe est la principale mesure de la fonction rénale. La variation du DFGe, de sa valeur initiale avant le traitement jusqu’au suivi après le traitement, ajustée selon la durée de l’essai pour chaque patient et exprimée sous forme de valeur annuelle, était de ‑2,34 mL/min/1,73 m2 année chez les patients traités par le tolvaptan et de ‑3,61 mL/min/1,73 m2 année chez ceux qui recevaient le placebo, soit une différence de 1,27 mL/min/1,73 m2 année (IC à 95 % : 0,86 à 1,68; p < 0,001), qui représente une réduction de 35 %. Ces données ont fait l’objet d’une communication orale aujourd’hui à titre de résultats de dernière heure dans le cadre de la Semaine du rein de l’ASN (American Society of Nephrology) de 2017 qui se tenait à La Nouvelle-Orléans et ont été publiées simultanément en ligne dans le New England Journal of Medicine2.

La maladie polykystique rénale (MPR) est un trouble évolutif génétique qui touche les reins et dans lequel des kystes remplis de liquide se développent dans le tissu rénal au fil du temps, augmentant la taille de ces organes et inhibant leur fonctionnement normal, ce qui mène à une insuffisance rénale chez la plupart des patients3. La maladie polykystique rénale autosomique dominante, ou MPRAD, en est le type le plus fréquent et constitue la quatrième cause d’insuffisance rénale4. À 57 ans, plus de la moitié des personnes atteintes de la MPRAD ont besoin de se soumettre à la dialyse ou de recevoir une greffe de rein5.

Vicente Torres, M.D., Ph. D, directeur du Translational Polycystic Kidney Disease Center de la Clinique Mayo et chercheur principal de l’essai REPRISE, a déclaré : « Le tolvaptan a ralenti le déclin de la fonction rénale au cours de cet essai. Ces résultats représentent un jalon important dans les recherches sur cette maladie. »

« Il est gratifiant de constater la pertinence des résultats de l’essai REPRISE, qui viennent confirmer l’utilité du tolvaptan chez les patients atteints de MPRAD », a dit Robert McQuade, vice-président directeur et chef de la stratégie chez Otsuka Pharmaceutical Development & Commercialization, Inc. « Ces solides résultats démontrent que  le tolvaptan est une  option thérapeutique importante pour aider les patients atteints de cette maladie débilitante ».

Ensemble, les résultats d’une étude pivot précédente et ceux de l’essai REPRISE constituent la base d’une réponse à la Complet Response Letter (CRL) émise par la FDA en août 2013, à la demande de drogue nouvelle qu’Otsuka a soumise à la FDA (U.S. Food and Drug Administration) pour le tolvaptan dans le traitement des patients atteints de la MPRAD.

Otsuka Pharmaceutical tiendra une téléconférence à l’intention des investisseurs et des médias sur les résultats de l’essai clinique REPRISE le 4 novembre à 19 heures, heure normale du Centre. Pour vous inscrire, veuillez vous rendre à http://event.on24.com/wcc/r/1534382-1/77E66445B009CE3491DBB035504DCF69.

À propos de l’essai de phase III REPRISE

L’étude REPRISE est un essai de phase III multicentrique, à phase de sevrage avec répartition aléatoire, contrôlé par placebo et à double insu réalisé chez des patients adultes atteints de néphropathie chronique de stade II avancé à stade IV précoce imputable à la MPRAD. Après une période préalable de 8 semaines au cours de laquelle les patients ont reçu des traitements séquentiels par un placebo et le tolvaptan, 1370 patients atteints de la MPRAD ont été randomisés dans un rapport de 1:1 pour recevoir du tolvaptan (90 ou 120 mg par jour) ou un placebo pendant 12 mois. Le paramètre d’évaluation principal était la variation du DFGe, de sa valeur initiale avant le traitement jusqu’au suivi après le traitement, ajustée selon la durée de l’essai pour chaque patient. Le paramètre d’évaluation secondaire clé était la pente du DFGe dérivée des pentes de chaque patient, ajustée selon la durée des observations et exprimée sous la forme de valeur annuelle. Cette analyse a utilisé toutes les valeurs de la créatinine sérique de la période préliminaire sous placebo, de la période préliminaire sous tolvaptan (sauf la période d’ajustement de la dose de tolvaptan), du traitement à double insu de 12 mois et du suivi postérieur au traitement. Durant l’essai, les patients traités par le tolvaptan ont connu un déclin de la fonction rénale significativement moins important que les patients recevant le placebo (3,16 mL/min/1,73m2/année et 4,17 mL/min/1,73m2/année, respectivement; p < 0,0001).

Les principaux résultats de l’évaluation de l’innocuité (colligés chaque mois) concordaient généralement avec les données de l’essai pivot précédent pour la plupart des événements de l’étude. Après la répartition aléatoire, les événements suivants ont été observés plus fréquemment chez les patients traités par le tolvaptan : polyurie, nycturie, soif, polydipsie, sécheresse buccale, fatigue et diarrhée; chez ceux qui recevaient le placebo, les événements suivants ont été observés plus fréquemment : œdème périphérique, douleur rénale et infection des voies urinaires; la plupart des événements indésirables survenus pendant le traitement (EIT) étaient d’intensité légère à modérée. Au cours de la période de traitement à double insu, 5,6 pour cent des patients traités par le tolvaptan ont obtenu des résultats significativement anormaux aux épreuves de la fonction hépatique (plus de trois fois la limite supérieure de la normale) comparativement à 1,2 pour cent des patients recevant le placebo. Les hausses du taux des transaminases étaient réversibles après l’arrêt du traitement par le tolvaptan et aucun patient n’a connu de hausses concomitantes du taux de bilirubine supérieures à deux fois la limite supérieure de la normale. Dans l’étude, les mesures de mitigation du risque constituées d’une surveillance mensuelle des paramètres hépatiques ont contribué à réduire au minimum le risque de toxicité hépatique grave.

Otsuka a collaboré avec la FDA à la mise au point du protocole de cet essai clinique dans le cadre d’un processus d’évaluation spécial afin de faire le nécessaire après réception d’une lettre de réponse complète émise par l’organisme en vue d’une demande de drogue nouvelle pour le tolvaptan dans le traitement de la MPRAD en 2013.

À propos du tolvaptan

Le tolvaptan est un antagoniste sélectif du récepteur V2 de la vasopressine. Les résultats d’essais précliniques montrent qu’en bloquant de manière sélective l’interaction entre la vasopressine et le récepteur V2, le tolvaptan ralentit la prolifération des cellules des kystes et la sécrétion de liquide, réduisant ainsi la croissance du kyste6. Au cours d’un essai de phase III antérieur, le tolvaptan a permis de réduire l’hypertrophie des reins et de ralentir le déclin de la fonction rénale comparativement à un placebo7.

Le tolvaptan est approuvé pour le traitement des patients adultes atteints de la MPRAD au Japon, en Union européenne, au Canada, en Corée du Sud, en Suisse, à Hong Kong et en Australie (voir les renseignements thérapeutiques locaux pour obtenir les indications propres à chaque pays).

À propos d’Otsuka

Otsuka Pharmaceutical Co., Ltd. est une entreprise de soins de santé multinationale dont la philosophie est la suivante : « Chez Otsuka, nous développons de nouveaux produits pour une meilleure santé dans le monde ». Otsuka recherche, développe, fabrique et commercialise des produits innovants et originaux, particulièrement des produits pharmaceutiques pour le traitement de maladies, et des produits nutraceutiques pour le maintien d’une bonne santé au quotidien.

Otsuka Canada Pharmaceutique (OCP) est une entreprise de soins de santé novatrice qui affiche une forte croissance. Elle commercialise les médicaments d’Otsuka au Canada. OCP s’est donné pour mission d’améliorer la qualité de vie et la santé des patients grâce à ses activités de recherche en neurosciences, en santé cardiovasculaire, en oncologie et en néphrologie. OCP a établi son siège social à Saint-Laurent, au Québec, en 2010.

OCP fait partie d’Otsuka Pharmaceutical Co., Ltd., filiale en propriété exclusive d’Otsuka Holdings Co., Ltd. dont le siège social est situé à Tokyo, au Japon. Otsuka Pharmaceutical Company est une filiale d’Otsuka Holdings Co., Ltd., dont le siège social est situé à Tokyo, au Japon[NF2] . Le groupe de sociétés Otsuka compte 45 000 employés dans le monde, et a enregistré un chiffre d’affaires consolidé d’environ 11 milliards de dollars US (9,9 millions d’euros) en 2016. Toutes les histoires d’Otsuka commencent par le choix du chemin le moins fréquenté. Pour en savoir davantage à propos d’Otsuka Pharmaceutical Company, visitez le site Web mondial de la société à l’adresse https://www.otsuka.co.jp/en. Pour en savoir davantage à propos d’Otsuka au Canada, visitez le site Webwww.otsukacanada.com

Personnes-ressources chez Otsuka

(Au Japon)

Jeffrey Gilbert

Chef, Relations publiques pharmaceutiques

81-3-6361-7379

Gilbert.jeffrey@otsuka.jp

 

(Au Canada)

Allison Rosenthal                                    

Directrice Générale                                                  

Otsuka Canada Pharmaceutical, Inc.    

Allison.rosenthal@otsuka-ca.com                                    

+1-514-332-3099 

_________________

[1] The PKD Foundation of Canada. What is ADPKD? Accessed November 2nd 2017. http://www.endpkd.ca/learn

2 Torres V et al. Tolvaptan Slows eGFR Decline in Later-Stage ADPKD. Abstract # SA-OR121. Presented on Saturday, November 4, at the American Society of Nephrology (ASN) Kidney Week 2017.

3 Polycystic Kidney Disease. Department of Health and Human Services. Accessed online at https://ghr.nlm.nih.gov/condition/polycystic-kidney-disease on October 31, 2017

4 Chebib F, Torres V et al. Autosomal Dominant Polycystic Kidney Disease: Core Curriculum 2016. Am J Kidney Dis. May 2016; 67(5): 792-810.

5 Autosomal Dominant Polycystic Kidney Disease Fact Sheet. NIH Reports. Accessed online at https://report.nih.gov/NIHfactsheets/ViewFactSheet.aspx?csid=29 on October 31, 2017.

6 Reif, GA, Yamaguchi, T et al. Tolvaptan inhibits ERK-dependent cell proliferation, Cl – secretion, and in vitro cyst growth of human ADPKD cells stimulated by vasopressin. Am J Physiol Renal Physiol; 2011; 301:F1005-F1013

7 Torres V, Chapman A et al. Tolvaptan in Patients with Autosomal Dominant Polycystic Kidney Disease. N Engl J Med; 2012; 367:2407-2418.

 

À propos d’Otsuka

 

Otsuka Pharmaceutical Co., Ltd. est une entreprise de soins de santé multinationale dont la philosophie est la suivante : « Chez Otsuka, nous développons de nouveaux produits pour une meilleure santé dans le monde ». Otsuka recherche, développe, fabrique et commercialise des produits innovants et originaux, particulièrement des produits pharmaceutiques pour le traitement de maladies, et des produits nutraceutiques pour le maintien d’une bonne santé au quotidien.
Dans l’industrie pharmaceutique, Otsuka est un chef de file en santé mentale, un domaine des plus exigeants; elle poursuit également des programmes de recherche sur plusieurs maladies négligées, dont la tuberculose, un problème de santé publique important à l’échelle mondiale. Ces engagements illustrent bien davantage que des mots qu’Otsuka est d’abord et avant tout une société de partenaires qui démontre un esprit de créativité dans tout ce qu’elle entreprend.

Otsuka Canada Pharmaceutique (OCP) est une entreprise de soins de santé novatrice qui affiche une forte croissance. Elle commercialise les médicaments d’Otsuka au Canada. OCP s’est donné pour mission d’améliorer la qualité de vie et la santé des patients grâce à ses activités de recherche en neurosciences, en santé cardiovasculaire, en oncologie et en néphrologie. OCP a établi son siège social à Saint-Laurent, au Québec, en 2010.

OCP fait partie d’Otsuka Pharmaceutical Co., Ltd., filiale en propriété exclusive d’Otsuka Holdings Co., Ltd. dont le siège social est situé à Tokyo, au Japon. Otsuka Pharmaceutical Company est une filiale d’Otsuka Holdings Co., Ltd., dont le siège social est situé à Tokyo, au Japon[NF2] . Le groupe de sociétés Otsuka compte 45 000 employés dans le monde, et a enregistré un chiffre d’affaires consolidé d’environ 11 milliards de dollars US (9,9 millions d’euros) en 2016. 

 

À propos